Le naturopathe travaille avec certaines techniques respiratoires (on parle de pneumologie).

Respirer est un phénomène naturel basé d’abord sur une respiration abdominale, ventrale. Or, peut on dire aujourd’hui qu’on respire correctement, qu’on est capable de prendre conscience que notre respiration est souvent inégale, saccadée, bloquée ….

En avons nous conscience seulement ? Avons nous conscience du souffle de vie qui se dégage à chaque inspiration ? A chaque expiration ?

La respiration se fait aussi au niveau de notre peau.

Force est de constater que de nombreuses personnes ne respirent pas correctement. La respiration (inspirer et expirer) semble un phénomène naturel et devrait être abdominale.

A cette mauvaise posture dans la respiration s’ajoute le stress, les pollutions quelles qu’elles soient …

Ce qui a des répercussions sur nos cellules et leur état de santé.

Le naturopathe peut proposer des solutions :

  • Travailler sur la respiration (exercices respiratoires inspirés du yoga, du qi qong, sophrologie, ionisation et bol d’air Jacquier système d’oxygénation biocatalytique) ce qui permet notamment de lutter contre le stress et le stress déjà installé ;
  • Améliorer l’élimination des toxines et renforcer le système immunitaire avec aussi le bol d’air Jacquier ;
  • Proposer un plan d’hygiène de vie
    • au niveau de l’alimentation, il s’agira de privilégier une alimentation crue et fraîche, avec des apports suffisants en vitamines et minéraux, en oméga3 en anti – oxydants… ,
    • au niveau physique, s’oxygéner par des activités physiques régulières, de préférence en plein air, jardiner, bricoler, sortir.

JE RESPIRE JE VIS

Pour lutter préventivement contre le stress ou contre le stress déjà installé, de multiples réponses naturelles peuvent être apportées avec de nombreux bienfaits pour le corps et l’esprit : meilleure oxygénation du corps, meilleure élimination des toxines, renforcement du système immunitaire ….

Ainsi, en fonction des goûts et des aspirations de chacun, le corps et l’esprit ayant besoin d’être apaisés, cela peut se faire au travers de techniques énergétiques comme le qi qong et le tai chi chuan comme au travers de techniques manuelles comme le massage ou modelage corporel relaxant, la réflexologie.

D’autres techniques existent comme le chi nei tsang, la fasciathérapie, (technique manuelle qui travaille profondément au niveau corporel mais aussi énergétique).

Le bol d’air Jacquier apporte une solution, surtout quand on a des difficultés à se déplacer.

 

L’importance de l’oxygène dans la respiration cellulaire

Les cellules transforment les nutriments en énergie grâce à l’oxygène (O2). Une mauvaise oxygénation provoque divers problèmes et maladies. Une bonne oxygénation dépend de la capacité d’assimilation de l’oxygène par l’organisme.

Rappel : l’air est composé de 21 % d’O2, 78 % d’azote, 1% de gaz rares, de 0,04 % de CO2, de vapeur d’eau …Or le CO2 est de plus en plus présent dans les villes avec tous les pics de pollution connus depuis quelques temps.

La respiration tissulaire cellulaire varie selon les organes, ainsi le cerveau consomme plus d’O2 que les muscles.

L’oxygène intervient aussi dans certaines réactions biochimiques, la vasomotricité des bronches et vaisseaux sanguins, la coagulation sanguine, la formation de radicaux libres en association avec divers éléments chimiques qu’il y ait excès ou manque d’O2. Ce qui cause un déséquilibre des systèmes de défense è synthèse insuffisante d’anti – oxydant è troubles physiologiques et vieillissement (stress oxydatif)

L’action du bol d’air Jacquier

Son action catalytique permet une meilleure assimilation, de meilleurs échanges, une stimulation de la synthèse d’anti – oxydants.

Le souci c’est l’insuffisante assimilation tissulaire de l’O2 et non sa carence : le bol d’air permet l’inhalation d’un transporteur en O2 et non d’un air enrichi en O2. Ce n’est pas un bar à oxygène ni un système d’ozonothérapie …

Afin d’en optimiser l’utilisation, il est semble essentiel d’étudier son environnement : hygiène de vie, facteur atmosphérique, fait de fumer ou non

Ce que propose le bol d’air c’est d’apporter des biocatalyseurs d’oxygénation (extraits terpéniques non saturés de résine de pin – pinus pinaster). Ce qui permettra une relance du métabolisme.

En résumé, le bol d’air peut impacter :

–        Le terrain (terrain neuro arthritique notamment) ;

–        La vitalité et le métabolisme ;

–        Le système immunitaire ;

–        L’équilibre nerveux et psychique ;

–        L’amélioration des performances sportives ;

–        La lutte contre les RL ;

–        La lutte contre l’obésité ;

–        Les affections hépato – digestives ;

–        Le système nerveux (insomnie, stress)

–        L’amélioration de la cicatrisation ;

–        La sphère respiratoire (allergies, asthme, emphysème …) ;

–        Le cancer (accompagnement de la chimio et de  la radiothérapie) ;

Le bol d’air Jacquier est :  
–  Une méthode naturelle et sans danger accessible à tous ;
–  Une méthode non invasive
–  Qui augmente l’O2 cellulaire
–  Son utilisation s’inscrit dans le cadre d’un programme global d’hygiène de vie
–  Au quotidien, en prévention comme en curatif

Précautions à prendre en cas d’épilepsie, asthme et spasmophilie (privilégier des séances courtes)

« Sachant que tout ce qui ne s’exprime pas s’imprime, il est souhaitable de favoriser l’expression au-delà de l’émotion, ou du ralentissement. Cette pratique permettra d’éviter quelques somatisations, du stress et de l’angoisse. » Jacques SALOME